Le plus vieux paradoxe du monde

Économie
Le plus vieux paradoxe du monde
Opinions
| par Francis Dufresne |

J’avais cette discussion avec un collègue de travail. J’essayais de lui expliquer le paradoxe de l’œuf et de la poule. Pas scientifiquement, vous devinerez. C’était plutôt pour résoudre le débat qui l’opposait à un autre de nos collègues.

Appelons-le Carl. Carl vient de compléter son baccalauréat et commence à enseigner à des jeunes du primaire et du secondaire. Il fait valoir le rôle de l’État dans la collectivité. Il tente de convaincre James, mon ami qui achève son « acting school » à l’université McGill. L’aspirant acteur défend à tout prix la liberté de l’individu, rejetant l’action gouvernementale comme l’impôt.

Une confrontation assez classique, que l’on étiquette communément comme opposition gauche-droite. Un affrontement où il existe très peu de terrains d’entente, si l’on se fie aux médias traditionnels. Une dichotomie idéologique qui divise et polarise les citoyens. Un défi intéressant pour un journaliste, puisqu’il doit rendre compte d’une seule et même réalité.

Carl lance à James que celui-ci n’a probablement rien payé par lui-même avant l’âge de 16 ou 18 ans. Ce sont donc ses parents, eux-mêmes produits de leur environnement (famille, richesse, tradition), qui subvenaient à ses besoins. Par extension, il a même utilisé des services (routes, hôpitaux, écoles) sans les payer. Il a donc une «dette» envers ses parents et/ou envers la société. Envers le groupe.

James n’est pas convaincu. Il n’a jamais signé le fameux contrat social l’obligeant à s’acquitter de cette dette. De plus, il est fondamentalement en désaccord avec le modèle d’État providence. Les individus forment le groupe, mais ce n’est pas au groupe de former les individus. Après tout, les fondateurs de Rome étaient orphelins. Ils ont bâti la capitale italienne sans l’aide de personne : c’est ce que nous apprend le mythe de Romulus et Rémus.

Le lien avec le paradoxe de l’œuf et de la poule? J’y viens.

Carl défend le rôle du groupe et James, celui de l’individu. Comme je vous le disais, Carl est le moins borné des deux. Il reconnait le pouvoir de l’individu, sa capacité à l’autodétermination. Mais il l’estime complémentaire à l’influence du groupe. De son côté, James reste ferme. Rien n’est plus sacré que la liberté des individus.

J’isole mon camarade. Je veux comprendre pourquoi il place les individus au-dessus du groupe. Je lui pose donc la question suivante: Qu'est-ce qui est apparu en premier, l’individu ou le groupe? Il répond l’individu, sans hésiter. Mais comment nait l’individu, si ce n’est de l’union d’un homme et d’une femme, donc d’un groupe? Oui, mais le groupe est composé à la base d’individus. Et ainsi de suite.

Voilà donc le paradoxe de l’individu et du groupe. Un paradoxe. Non pas des pôles inconciliables, mais bien une tension entre deux forces. Des idées complémentaires, comme l’unique et l’universel. Le singulier et le pluriel.

J’essaie de transposer cette image à travers des éléments concrets. En musique par exemple. Rien n’est plus élémentaire, plus pur, qu’une note. Do, ré, mi, fa, etc. Toute composition est constituée de notes. Mais qu’est-ce qu’une note, seule et sans répétition, si ce n’est qu’un bruit?

Je pousse la réflexion plus loin, sans doute un peu trop. La mécanique quantique s’intéresse à l’infiniment petit. À l’atome, aux particules. Vulgarisée par les scientifiques depuis le début du 20e siècle,cette branche de la physique s’est heurtée aux différents apports de la relativité générale d’Einstein, élaborée à la même époque. Comme de fait, cette théorie s’intéresse aux grands ensembles comme les planètes, les galaxies.

Des théories qui s’opposent? Sur bien des biens aspects, oui. N’empêche que de nombreux experts travaillent activement à concilier les deux domaines scientifiques. La théorie des cordes est un champ d’activité qui s’y consacre. Elle pourrait expliquer l’un des paradoxes les plus frappants de l’univers: les trous noirs. Une masse infiniment grande comprimée dans un espace infiniment petit.

Pour revenir à la question de l’œuf et de la poule. Il existe une réponse scientifique. Une réponse claire, nette…mais contradictoire. Nous savons que les œufs ont une origine précédente aux volatiles. Mais pour ce qui est de l’espèce spécifique qu’est la poule, on ne peut pas affirmer qu’elle vient bel et bien d’un œuf de poule. Elle pourrait venir d’un œuf d’autruche transformé par l’évolution, par exemple.

Comme quoi il y a même des contradictions dans le paradoxe le plus célèbre de notre temps. La vérité n’en est pas pour autant affectée. Des positions qui paraissent inconciliables ne devraient décourager aucun journaliste. Le débat entre Carl et James est probablement le plus présent dans le monde économique et politique actuel. Essayons de garder à l’esprit que tous deux vivent dans le même monde.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Sans espaces.

Vous dites : '''' Pour revenir à la question de l’œuf et de la poule. Il existe une réponse scientifique. Une réponse claire, nette…mais contradictoire. Nous savons que les œufs ont une origine précédente aux volatiles. Mais pour ce qui est de l’espèce spécifique qu’est la poule, on ne peut pas affirmer qu’elle vient bel et bien d’un œuf de poule. Elle pourrait venir d’un œuf d’autruche transformé par l’évolution, par exemple.'''' Un article sur Wikipédia : ''''..partant du principe que l''œuf n''est rien d''autre qu''une poule en puissance, et qu''à ce titre il n''existe que pour elle : c''est la poule qui est la raison d''être de l''œuf, et non l''inverse. En effet, s''il n''y avait pas d''animal à porter à maturité, l''existence de l''œuf n''aurait aucun sens. D''un point de vue logique donc c''est la poule qui doit précéder l''œuf. Pour comprendre la génération, il faut ainsi inverser l''ordre chronologique des faits : « Ce n''est pas en effet la maison qui est faite pour les briques et les pierres, mais celles-ci pour la maison : il en va de même pour tout le reste de la matière. Et ce n''est pas seulement l''induction qui nous montre qu''il en est bien ainsi, mais aussi le raisonnement. En effet, tout ce qui s''engendre naît de quelque chose et en vue de quelque chose; la génération se poursuit d''un principe à un principe, du premier qui donne le branle et a déjà une nature propre, jusqu''à une forme ou à quelqu''autre fin semblable. Car l''homme engendre l''homme et la plante la plante, selon la matière qui sert de substrat à chacun. Ainsi donc chronologiquement la matière et la génération sont nécessairement antérieures, mais logiquement, c''est l''essence et l''idée de chaque être » — Aristote3 Aristote nie donc toute théorie de l''évolution, qui avait déjà été formulée avant lui par Démocrite, et affirme l''existence éternelle des genres ou espèces (fixisme). Ce sont en fait ces idées ou espèces qui existent véritablement, plus que les individus qui naissent et meurent. Contrairement aux théories matérialistes et mécanistes qui posent un hasard aveugle à l''origine du monde, il pense que ce n''est pas accidentellement qu''un œuf donne une poule, qu''il y a une raison à cela, une "idée", "forme", "espèce" qui explique tout le développement observable en fournissant un modèle de perfection que les individus essayent d''atteindre durant leur vie.'''' Vous avez écrit : '''' - Comme je vous le disais, Carl est le moins borné des deux.'''' -- hummm..c''est à re-voir..