S’immiscer dans le débat partisan pour mieux en sortir (Lettre ouverte)

Québec
S’immiscer dans le débat partisan pour mieux en sortir (Lettre ouverte)
Opinions
| par Anonyme |

(LETTRE OUVERTE) Par le Mouvement progressiste pour l’indépendance du Québec (MPIQ)

Pour un mouvement indépendantiste social, responsable et assumé

Lors de son dernier congrès, Québec solidaire rejetait à majorité de délégués (55-45) l’idée que son projet d’assemblée constituante ait un mandat indépendantiste. Option nationale, présent comme observateur, a rebondi rapidement en vulgarisant sa propre démarche inspirée du modèle catalan. Pendant ce temps, au Parti québécois, on se demande encore qui devra être la tête d’affiche pour remplacer les libéraux, foncer tête baissée dans le mur d’une indépendance floue et abstraite ou renouveler le fédéralisme avec la CAQ.

Aujourd’hui, en tant que membres d’une organisation civile résolument progressiste et indépendantiste, nous souhaitons porter une parole qui nous est propre. Nous souhaitons prendre notre place dans le débat public, une place citoyenne et non partisane. Ni plus ni moins.

Étendue sur trois thèmes, notre parole entamera donc une définition d’un mouvement social, responsable et assumé pour le projet d’indépendance du Québec et de toutes les nations oppressées par le dominion britannique canadien.

Parlons social. Nous faisons le constat que le mouvement indépendantiste québécois n’est plus un mouvement social depuis trop longtemps. Une génération entière d’indépendantistes a grandi avec la perception que les organisations civiles ne servaient que de clubs écoles aux partis ou de refuge pour les frustré.es et les blasé.es. Il est pour nous inconcevable d’avoir autant diminué le pouvoir de la rue et de nos masses, de s’être dissimulé.es derrière nos élu.es et les sondages à 40kek %. Comprenons-nous : un mouvement politique révolutionnaire efficace ne peut être entrainée que par un mouvement social en santé et en pouvoir. Là est notre conviction. Il n’y a que dans ce mouvement que tous.tes les porteur.ses de cette cause pourront se retrouver, au-delà du fossé des divergences. Dans l’action politique citoyenne, pas dans de simples tables de concertation ou de convergence.

Parlons responsable. Nous souhaitons aujourd’hui faire table rase sur la construction de l’identité et de l’histoire québécoise. Nous souhaitons recommencer le récit du colon-colonisé, en effacer le déni. En effet, si le peuple canadien-français-québécois n’est pas nécessairement coupable de tous les préjudices subis par les Premières nations, il n’en reste pas moins responsable. Responsable de la colonisation de territoires non cédées, responsable de l’érosion lente de leur héritage culturel, responsable de les avoir écarté des plus importantes étapes de l’histoire. Nous sommes responsables, et ne seront libres que les êtres et les peuples qui auront pris leur responsabilité. C’est pourquoi l’exercice de l’assemblée constituante ne demeurera qu’incomplet pour nous tant qu’elle ne sera pas le rassemblement de 12 nations plutôt qu’une. C’est une redéfinition complète de notre identité que nous suggérons, non plus l’identité du subalterne, mais celle d’un peuple à la fois fier (le colonisé) et responsable (le colon).

Parlons assumé. Selon nous, notre démarche doit être claire et transparente. Finie la peur de l’électorat potentiellement perdu : notre travail est celui d’une éducation populaire. Une assemblée constituante sans mandat global, c’est une assemblée qui nous empêche de rêver avec plein potentiel. C’est une assemblée qui s’embarrasse de « Oui mais » qui nous rendent malades, ces « Oui mais si on décide d’une politique énergétique propre au territoire québécois et qu’on abandonne finalement ce pouvoir au fédéral ? ». Certes, il nous faut redoubler d’imagination pour toucher les minorités culturelles, mais diluer notre position ne devrait jamais faire partie des options. Jamais.

Parlons proactif. Soyons social.es, responsables, assumé.es et toujours plus fort.es.

Vive le socialisme ! Vive l’indépendance !

Vive le Nouveau Québec libre !

L'opinion exprimée dans le cadre de cette lettre d'opinion, est celle de son auteur et ne reflète pas nécessairement l'opinion, ni n'engage la revue l'Esprit libre.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Sans espaces.