Être LGBT au Kyrgyzstan

International
Être LGBT au Kyrgyzstan
Entrevues
| par Émile Duchesne |

Dastan Kasmamytov milite pour les droits LGBT au Kyrgyzstan au sein de l'organisation Kyrgyz Indigo. En ce moment même, une loi interdisant tout commentaire positif envers des « comportements sexuels non traditionnels » est discutée au parlement kyrgyz. La date de son adoption demeure inconnue. J'ai conduit cette entrevue avec Dastan lors d'un séjour de 4 mois au Kyrgyzstan. Je l'ai rencontré dans un petit bar de Bishkek, musique pop russe en prime. Nous avons discuté ensemble environ 2h. Voici les meilleurs moments de cette rencontre incroyable.

Q. Peux-tu décrire un peu l'organisme pour lequel tu travailles ?

R. Kyrgyz Indigo est un organisme pour les LGBT du Kyrgyzstan. En gros, nous supportons les droits et la santé sexuelle des LGBT. Il y a deux principaux organismes ; l'autre s'appelle Kyrgyz Labryz et est un peu plus vieux. Ils ont plus d'expérience pour ce qui est du lobbying et de conseiller les autorités publiques. Nous essayons nous aussi de faire plus de travail de ce côté en introduisant des lois qui promeuvent les droits LGBT. Cela consiste une partie non négligeable de notre travail. Mais les lois sont affreuses ici au Kyrgyzstan, cela ne nous aide pas du tout. L'autre aspect de notre travail est la construction d'une conscience communautaire LGBT. Nous travaillons également à la mobilisation et à la politisation de la communauté. Parce que, bon, comme tu le sais peut-être, les gens en général n’en ont rien à foutre : ils vont baiser par-ci par-là et se foutent de ce qui se passe. Ils veulent une bonne vie, de l'argent et un bon partenaire pour avoir des relations sexuelles. Nous avons besoin d'un mouvement fort avec le plus de gens possible qui sont prêts à sortir du placard et nous aider dans notre effort de mobilisation. Déjà, de parler ouvertement d'homosexualité dans son entourage, c'est beaucoup pour le Kyrgyzstan. On ne se fait pas trop d'illusion : changer les lois du Kyrgyzstan n'est pas à notre portée. On essaie de changer l'attitude des gens de façon à provoquer le changement social.

Q. Quel poste occupes-tu dans Kyrgyz Labryz ?

R. Je suis spécialiste du lobbying autant au niveau national qu'international. Parfois c'est difficile de faire bouger les choses au niveau national, alors on a besoin d'utiliser les instances internationales pour mettre de la pression sur le gouvernement. C'est pour ça qu'on doit travailler sur les deux niveaux. Pour le moment je n'ai plus de salaire, mais j'appelle quand même ça mon travail puisque ça occupe la majeure partie de mon temps. Nous avons de la difficulté à recevoir du financement, spécialement au niveau local. Il y a beaucoup d'argent de l'international pour la défense des droits humains au Kyrgyzstan, mais très peu d'organismes sont prêts à nous donner de l'argent parce que les droits LGBT sont un enjeu très controversé ici. Notre financement vient majoritairement d'organismes internationaux, mais nous faisons également du « crowd-funding» dans les villes et villages du Kyrgyzstan. Nous comptons beaucoup sur le bénévolat.

Q. À quoi ressemble la situation de la communauté LGBT au Kyrgyzstan ? À quels problèmes faites-vous face ?

R. Bon, premièrement il faut spécifier que lorsque l'on parle de personnes LGBT on n'a pas affaire à une réalité homogène. Il y a bien sûr tous ces hommes riches qui ont les moyens d'aller à l'étranger, qui peuvent se payer la sécurité et des maisons privées. Ils se sentent en sécurité. Mais c'est loin d'être le cas pour toutes les personnes LGBT au Kyrgyzstan. La plupart sont vulnérables; ce sont les gens qui souffrent vraiment. Ils font face à beaucoup de violence et à du chantage de la part de la police. À vrai dire, il y a de la discrimination partout : dans le système d'éducation, dans le système de santé, etc. Bien sûr cela dépend des personnes. Les plus vulnérables sont sans aucun doute les personnes transgenres parce qu'ils et elles sont beaucoup plus visibles. Il y a entre autres un groupe de travailleurs du sexe transgenres qui fait face à beaucoup de violence de la part de la police, de gens ordinaires et même de la communauté LGBT. Il y a beaucoup de transphobie chez les hommes homosexuels. Il y a un idéal chez les gais du Kyrgyzstan selon lequel ils doivent agir comme de vrais hommes, avoir l'air forts, etc. C'est pour ça qu'ils n'aiment pas les transgenres. Il y a aussi l'histoire de ce jeune garçon de 15 ans qui a été jeté dehors de chez ses parents parce qu'il leur avait avoué être gai. Il a été battu par son père et n'avait nulle part où aller. Bien sûr, il est allé voir les organismes LGBT, mais ils ne pouvaient rien faire parce qu'il est illégal de travailler avec des mineur-e-s. Ils ne pouvaient pas aller dans les refuges pour personnes LGBT. Il a donc dû vivre chez des amis, ce qui impliquait parfois des relations sexuelles forcées et autres choses du genre. Il ne pouvait pas non plus aller dans les orphelinats gouvernementaux; on lui aurait demandé pourquoi ses parents l'avaient jeté dehors et comme il était gai il aurait subi de la violence là-bas dans les organisations gouvernementales. Il y a plein de cas semblables, entre autres il y a une personne de la communauté qui a été battue et humiliée par un groupe très agressif. Ils l'ont amené hors de la ville et l'ont forcé à creuser sa tombe. Et ça c'est une histoire très récente. Cela arrive souvent ces temps-ci, spécialement cette année. La violence et les crimes de haines envers les personnes LGBT ont vraiment augmenté. Cela a commencé en janvier 2014, alors que les discussions sur la propagande LGBT ont débuté. Maintenant, il y a plusieurs groupes organisés qui essaient de trouver des gens de la communauté sur internet pour les rencontrer, les battre et les humilier.

Q. Sens-tu que ta sécurité est compromise parce que tu travailles dans un organisme de défense des droits LGBT ?

R. Oui, bien sûr. Entre janvier et février 2014, il y a eu le lancement d'un rapport de Human Right Watch sur le respect des droits LGBT au Kyrgyzstan. Ils cherchaient une personne qui pourrait dire quelque chose au nom de la communauté lors du point de presse. Personne ne voulait y aller alors j'ai parlé à mes parents et j'ai décidé de le faire. Le lendemain, j'étais dans tous les médias. J'étais préparé mentalement, mais ça a été difficile. Il y a tellement eu de discours haineux sur internet ; des gens disaient que s'ils me trouvaient, ils allaient me tuer. Alors oui, j'étais vraiment effrayé, effrayé de sortir de chez moi, etc. Mon père a été victime de chantage de la part de son entourage seulement parce que j'ai parlé publiquement de mon homosexualité.

Q. Il y a cette loi qui est actuellement discutée au parlement kyrgyz à propos de la propagande LGBT. Peux-tu nous en parler ? Qu'est-ce que cette loi propose ? Comment va-t-elle affecter la communauté LGBT au Kyrgystan ?

R. La loi proposée cherche à interdire toute attitude positive envers des comportements sexuels non traditionnels. Ce que ça veut dire, eh bien, c'est qu'on veut introduire des conséquences administratives, des amendes et des offenses criminelles pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement (1 an maximum). En gros, ça veut dire qu'on assiste à une recriminalisation de l'homosexualité au Kyrgyzstan. Il sera illégal d'être gai parce que, bien sûr, lorsque quelqu'un dit qu'il est gai, cela constitue une attitude positive envers des comportements sexuels non traditionnels. Ce n'est pas très clair, non plus, ce qu'on entend par comportements sexuels non traditionnels. Cela peut vouloir dire n'importe quoi. Même le sexe pour le plaisir et les condoms peuvent être interprétés comme des comportements sexuels non traditionnels. Ce ne sont pas seulement les droits LGBT qui sont en jeu, mais bel et bien les droits sexuels de tous les citoyens kyrgyz. Cette loi affecte tout le monde. Sous cette loi, le gouvernement pourrait arrêter tout dépistage du VIH et toute forme d'éducation sexuelle parce que bien entendu, quand on fait de l'éducation sexuelle, on parle de sexe sécuritaire et que le sexe sécuritaire n'est pas traditionnel. Cette loi va causer beaucoup de problèmes que les gens ne sont pas capables de voir parce que toute l'emphase est mise sur la propagande LGBT.

Q. Quelle est l'influence de la loi anti-gaie de Vladimir Poutine ? Quels liens peut-on faire entre ces deux lois ?

R. Bien sûr, la loi anti-gaie adoptée en Russie a eu beaucoup d'influence sur la situation au Kyrgyzstan. Nos leaders religieux et nos parlementaires ont été inspirés par cette loi russe et l'ont rendu pire encore. La Russie est complètement dégueulasse. C'est une puissance impérialiste qui exerce beaucoup d'influence et de pouvoir sur les plus petits États autour d'elle. La Russie essaie de pousser son programme politique dans les législations des pays avoisinants. À cause de la Russie, des lois similaires sont discutées en Moldavie, en Ukraine, en Lettonie, en Arménie et au Kyrgyzstan. Il y a même des mouvements qui commencent à se dessiner au Kazakhstan. Pourquoi dans tous ces pays, alors que dans aucun autre pays dans le monde on ne discute de criminaliser les LGBT ? Est-ce que tu comprends? Alors c'est vraiment gros et très efficace. Le problème, c'est que c'est un programme politique qui promeut l'homophobie. La Russie influence ces pays, particulièrement à travers ses médias de masse, parce que dans ces pays les médias russes sont dominants, et de loin. Ils sont très efficaces pour mettre de la pression politique sur les parlementaires et les gouvernements. Efficace dans le sens qu'ils font du bon travail, malheureusement pour nous …

Q. Comment vois-tu l'intervention des pays de l'Ouest dans ce débat ? Vous avez reçu l'appui de l'ambassade américaine au Kyrgyzstan ? Comment te sens-tu par rapport à ça ?

R. C'est encore la politique du néo-impérialisme et du néocolonialisme qui prédomine. Prenons par exemple des pays comme les États-Unis et Israël. Ils aiment se montrer comme des leaders en matière de droits humains, comme des pays libres, des pays démocratiques. Mais ils ont ont tellement de problèmes d'inégalités socioéconomiques; ça aussi, c'est lié aux droits humains. Les droits socioéconomiques devraient être protégés et, malheureusement, c'est loin d'être le cas aux États-Unis. Ils sont probablement moins avancés là-dedans que peut l'être la Russie ou la Chine. Ce que je veux dire, c'est qu'en Russie ou Chine il y a probablement plus de mesures de sécurité sociale qu'aux États-Unis. Alors, quand l'ambassade américaine vient nous donner leur appui, c'est seulement pour instrumentaliser les enjeux LGBT. Ils nous utilisent comme un outil. Et bien sûr on sait tous qu'ils s'en contrefoutent de ce qu'on peut vivre ici. Ce n'est que la petite politique... Vous pouvez consulter le site de Kyrgyz Indigo ici : http://indigo.kg/ (attention c'est en Russe!)

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Sans espaces.