International
Quelle paix ? Le fossé infranchissable entre la politique colombienne et les inégalités sociales
Opinions
| par Alexandre Dubé-Belzile |

En juin dernier, la Colombie a été le théâtre d’un important soulèvement de camionneurs et camionneuses qui, étouffés-es par des structures économiques au service des intérêts étrangers, voulaient à tout prix être entendus-es. Nous ne sommes pas sans avoir notre part de responsabilité : le Canada a signé un traité de libre-échange avec la Colombie en 2008. Jusqu’en octobre dernier, les FARC négociaient avec le président colombien Juan Manuel Santos un premier accord de paix. Cet accord, qui a donné lieu à un référendum, a été rejeté par un peu plus de 50 % des répondants-es le 2 octobre 2016. Peu étonnant, si l’on considère que les mouvements sociaux et le peuple colombien n’avaient pas participé aux négociations à La Havane. Un nouveau texte vient d’être rédigé dans les mêmes circonstances et attend l’approbation du peuple colombien, qui se trouve dans une période de grande confusion par rapport à son avenir. Pendant ce temps, les assassinats commis par la police, l’armée et la police nationale se poursuivent. Pendant ce temps, Le président Santos, pour sa part, a cette année reçu le prix Nobel de la paix, dont les lauréats-es sont déterminés par le Comité Nobel norvégien.

Afin de comprendre l’importance de la grève des camionneurs et camionneuses, il faut la replacer dans le contexte des inégalités qui rongent la société colombienne. Ce pays est depuis des décennies une enclave du néolibéralisme et de l’influence nord-américaine, au sein de ce que l’intellectuel pakistanais Tariq Ali a appelé « l’axe de l’espoir »[i]. Ces camionneurs-euses n’en pouvaient plus, étouffés-es par une économie soumise aux diktats du secteur privé international. Les politiques néolibérales de l’État colombien ont engendré ces inégalités qui auront été le ferment des mouvements sociaux. Ceux-ci militent encore à ce jour et ont réussi à ouvrir un espace de contestation au sein de la société et ce, après des décennies de répression brutale financée par les États-Unis au nom de l’anticommunisme, de la lutte contre le narcotrafic et de la guerre contre le narcoterrorisme, après nombre d’assassinats et de violations des droits de la personne de la part des insurgés-es comme de l’État[ii] et après le génocide politique de l’Union patriotique dans les années 1980[iii]. L’Union patriotique, parti affilié aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), qui a voulu entrer sur la scène politique colombienne par la voix des urnes, avait vu ses membres assassinés-es les uns-es après les autres. Ces meurtres avaient poussé l’idéologue des FARC de l’époque, Jacobo Arenas, à dire que la voie des armes était la seule solution, affirmation avec laquelle les mouvements sociaux qui ont émergé plus récemment sont en désaccord[iv]. Dans tous les cas, ces camionneurs et camionneuses insurgés-es ne se prétendaient ni de gauche, ni de droite et ne se réclamaient d’aucune tendance politique. Ils et elles ne portaient que le drapeau du ras-le-bol. Au mois de juin dernier, pas moins de 260 000 camionneurs et camionneuses ont fait la grève. Le gouvernement Santos, occupé à négocier avec les FARC, affirmait que cette grève n’était qu’un caprice de leur part, alors que ce groupe, au bout du rouleau, cherchait à faire valoir ses revendications concernant le prix du fret, du péage et du pétrole. Cette crise n’est en fait que l’épicentre du véritable problème colombien. Les railleries du nouveau récipiendaire du Nobel de la paix montrent bien à quel point les négociations n’avaient nullement pour but de régler les problèmes sociaux de la Colombie. Plutôt, l’accord avait été rédigé en fonction des intérêts des mêmes entreprises qui contraignent les camionneurs et camionneuses à travailler pour un salaire de misère. Les négociations ont mené à la rédaction d’un premier accord, qui a été rejeté, et d’un deuxième, qui attend encore l’approbation des Colombiens-nes.

La Colombie est le pays dont les postes de péage sont les plus onéreux d’Amérique latine. Qui plus est, la loi en permet un tous les quarante kilomètres. Pour ce qui est du prix du fret, c’est-à-dire du prix que l’expéditeur de marchandises doit payer au transporteur, une loi est censée le réguler, mais elle n’est pas mise en application. Ce sont donc les expéditeurs, en occurrence les entreprises, qui imposent les prix les plus bas avec l’accord tacite du gouvernement. Aussi, malgré la baisse du prix du carburant sur le marché international, le prix à la pompe change peu et les camionneurs et camionneuses sont pris-es à la gorge. Il n’est donc pas étonnant que ce gouvernement, qui semble peu responsable, n’accepte de négocier qu’avec les FARC, excluant les citoyens-nes, et qu’il négocie un accord qui ne peut heurter les intérêts du secteur privé et qui exclut les mouvements sociaux[v]. Cela est vrai pour la première comme pour la deuxième version de l’accord, dans laquelle les FARC semblent faire encore plus de concessions que dans le premier texte.

Un premier texte tombe à l’eau, un deuxième doit le remplacer

Il serait surprenant qu’émerge une gauche dans la politique parlementaire colombienne alors que les gauches de l’« axe de l’espoir » battent de l’aile. Il y a deux univers politiques en Colombie : celui dans lequel les FARC et le président Santos se sont livrés à des négociations pendant des années et celui du peuple colombien, dont la réalité, bien que récemment agitée de quelques espoirs, reste essentiellement inchangée. Certains-es affirment que ce sont les FARC, organisation croulante, qui quémandent la légitimité qu’ils brûlent d’avoir, quitte à délaisser toute motivation idéologique et tout désir de vraiment changer la société colombienne. D’autres affirment que c’est le gouvernement qui se sent contraint de négocier avec la plus importante guérilla pour protéger sa légitimité face aux pressions d’organisations actives mondialement comme Amnistie internationale[vi]. Il est curieux que les paramilitaires, responsables d’innombrables atrocités, n’aient pas eu à prendre part à des négociations, puisqu’ils sont le bras droit du gouvernement qui les a légalisés il y a plus de 20 ans, en 1994. Ils ont en quelque sorte exécuté les sales besognes que l’armée ne pouvait faire elle-même. Le recours à de telles milices n’est pas nouveau en Colombie et existait déjà dans les années 50, lors de la Violencia. Ce sombre épisode de l’histoire colombienne avait été déclenché par l’assassinat du leader populiste Jorge Eliécer Gaitán et par le Bogotazo, soulèvement violent qui avait eu lieu en réaction à l’assassinat et qui a pratiquement laissé la capitale en ruine[vii]. Cette période, qui s’est étendue sur une décennie, a été marquée par de sanglants affrontements entre différentes guérillas et milices appartenant aux camps conservateur et libéral. Il est estimé que plus de 200 000 Colombiens-nes y ont perdu la vie. Des groupes armés de droite ont de nouveau émergé, sous le nom de milices d’autodéfense, afin de soi-disant protéger les paysans-nes des guérillas. En réalité, ces milices imposaient un régime de terreur et étaient grandement impliquées dans le trafic de drogues[viii].

Pour beaucoup, cet accord signifie que les FARC abandonnent la lutte pour s’incliner devant le gouvernement qui a fait couler tant de sang, légitimant ainsi l’impérialisme étatsunien et européen qui tire les ficelles du processus de paix. D’ailleurs, l’Armée de libération nationale (Ejercito de liberación nacional ou ELN), deuxième guérilla en importance du pays, exclue des négociations, a adressé de virulentes critiques au processus de paix. L’ELN voudrait que les responsables de la guerre sale et du terrorisme d’État soient traduits en justice, chose que les FARC ne cherchent pas à obtenir. Il aurait été surprenant que les FARC puissent se faire offrir cette concession de toute façon, surtout si nous adoptons la thèse selon laquelle le gouvernement a accepté de négocier pour consolider sa légitimité avant tout.

Les résultats du référendum n’ont pas été surprenants étant donné que beaucoup de Colombiennes et de Colombiens s’identifiant à la droite comme à la gauche ont refusé le premier accord négocié entre les FARC et le gouvernement de Santos. Les uns-es ont voté « Non » parce que le gouvernement aurait cédé devant les FARC, aurait accepté de les amnistier et les aurait laissés prendre part au vieux jeu politique comme si 50 ans de guerre n’avaient jamais eu lieu. Les autres considéraient que c’étaient les FARC qui négociaient leur propre salut et leur propre légitimité, sans se soucier des principes qu’ils ont autrefois défendus. Dans les deux cas, le peuple colombien était exclu du jeu. Toutefois, il semble que bon nombre d’ONG, dont le rôle n’a jamais été totalement impartial, prennent le parti de l’accord pour une paix qui avantage les entreprises et l’extrême droite. Il s’agit en quelque sorte d’une garantie d’impunité pour les militaires, les paramilitaires et les entreprises.

Selon l’ELN, des pressions auraient dû être exercées dès le début pour donner lieu à une assemblée constituante qui permettrait une réelle participation de tous les secteurs de la société. Malheureusement, il n’y a pas eu de telle demande, ni du peuple ni des ONG, ce qui ne donne pas de véritable alternative à l’accord qui est tombé à l’eau. D’ailleurs, ce dernier semble avoir été rédigé pour ne pas ébranler le pouvoir en place et le deuxième texte ne semble se distinguer du précédent que par des concessions supplémentaires de la part des FARC, et aucunes du gouvernement colombien[ix].

Les négociations de paix

Il y a environ deux ans, le sociologue James Petras avait mis de l’avant quatre hypothèses sur la stratégie mise en œuvre par le gouvernement Santos dans les négociations.

Selon la première hypothèse, le gouvernement Santos est divisé et compte des gens qui sont pour la paix et d’autres contre. Toutefois, toujours selon Petras, cette hypothèse manque de fondement, car le gouvernement ne manifeste aucun symptôme de division interne et les militaires qui font un usage excessif de la violence dans certaines zones de conflit ne sont pas réprimandés-es par les autorités centrales.

Selon la deuxième hypothèse, le gouvernement faisait sciemment usage de la violence contre les mouvements sociaux pendant que se déroulaient les négociations afin de se donner plus de poids contre les FARC et faire le moins de concessions possible. Comme il y a deux mondes, celui des négociations à La Havane et celui dans lequel les Colombiens et les Colombiennes continuent de subir de l’injustice, l’État poursuit la guerre même en négociant. Les résultats du référendum semblent aller dans le sens de cette hypothèse également, car il est très possible que le gouvernement n’ait jamais vraiment voulu laisser les FARC s’intégrer dans l’appareil politique officiel. Le deuxième texte de l’accord limite davantage les libertés des anciens guérilleros ainsi que la possibilité de leur intégration dans le système politique colombien. Aussi, contrairement au premier texte, qui devait être entièrement ajouté à la Constitution et assurer une certaine immunité aux FARC, le deuxième texte prévoit que seules les dispositions relatives aux droits de la personne seront intégrées à la Constitution, sans doute pour satisfaire la communauté internationale et non pour stopper les assassinats[x].

Selon la troisième hypothèse, le gouvernement Santos aurait donné son accord tacite aux escouades de la mort. L’armée maintiendrait ses relations avec les paramilitaires, les propriétaires et les trafiquants. Santos souhaiterait ainsi obtenir un accord purement théorique pour avoir accès aux ressources naturelles des territoires contrôlés par les FARC et poursuivre la répression pour ne faire aucune concession au peuple colombien. Cela signifierait que la victoire du « Non » au référendum constituerait un échec auquel la présentation d’un deuxième texte voudrait pallier.

Selon la quatrième hypothèse, la montée en force des mouvements sociaux qui mettent de l’avant bon nombre de revendications concernant le développement rural, la repossession des terres par les populations déplacées, les questions des droits de la personne et, parallèlement, la hausse du nombre de ces violations démontrent bien qu’un accord avec les FARC ne réglerait rien et ne pourrait engendrer la paix. Pour cela, il faudrait régler les problèmes sociaux qui sont à la source du conflit. Toutefois, il serait probable que l’État en appelle à ses méthodes de répression habituelles et tente par tous les moyens d’affaiblir les mouvements sociaux et de miner leur influence.

Selon Petras, cette dernière hypothèse est la plus plausible. Le gouvernement veut bel et bien signer un accord de paix et effectuer des changements superficiels. Cependant, il veut à tout prix éviter l’émergence de mouvements de paysans qui réclameraient leurs terres contre les grandes entreprises minières. Il n’est probablement pas prêt non plus à démobiliser les paramilitaires qui protègent les intérêts de ces entreprises et les propriétaires des terres.

Pendant ce temps, les assassinats continuent et Santos n’a jamais réglé les problèmes discutés lors des négociations : l’impunité des militaires, les actions des escadrons de la mort, les menaces de mort contre les défenseurs et défenderesses des droits de la personne, l’augmentation du nombre de prisonniers et prisonnières politiques et les milliers de meurtres encore inexpliqués[xi].

Rafael Pardo, politicien qui avait œuvré pour la légalisation des paramilitaires, avait annoncé que la fin du conflit ouvrirait de nouvelles régions qui pourraient être exploitées par les entreprises. Ces compagnies minières, pétrolières et agricoles ont déjà la mainmise sur une bonne partie du territoire colombien et les FARC constituent le dernier obstacle à l’accès à certaines zones, qui ne sont donc pas encore jugées « sécuritaires » pour les investissements et l’exploitation. La loi Zidres, votée pendant le déroulement des négociations, témoigne de cette tendance du gouvernement colombien à céder  l’accaparement des terres à des entreprises au détriment des droits des paysans-nes et des autochtones. Cette loi se veut un incitatif à un partenariat d’affaires au sein duquel les paysans-nes peuvent céder leurs terres aux entreprises pour une durée déterminée. Ils et elles y deviennent des employés-es soumis-es aux diktats de l’entreprise qui fournit semences et machines[xii]. Selon le sénateur Alberto Castilla, de nombreux membres du congrès ont vu leurs campagnes financées par les entreprises qui bénéficieront de la loi Zidres. Ainsi, elles ont pu s’assurer que les politiques du gouvernement colombien favorisent leurs intérêts dans l’exploitation des ressources naturelles.[xiii]

Le traité de libre-échange entre le Canada et la Colombie

Les endroits où ont lieu les massacres et les activités paramilitaires ne sont jamais très éloignés des lieux d’activité des entreprises minières. Selon le rapport de Canadian Peace Brigades « Mining in Colombia – At what cost », 80 % des violations des droits de la personne s’étant produites dans les dix dernières années ont eu lieu dans des régions de production minière ou énergétique. Le Canada a beaucoup investi en Colombie depuis les années 90, plus particulièrement dans le domaine des télécommunications, des mines et du carburant fossile. Il est donc évident que des entreprises canadiennes ont pu bénéficier de cette violence.

Selon un rapport du United Steelworker, plus grand syndicat industriel en Amérique du Nord, ces graves problèmes constitueraient les répercussions des activités d’entreprises canadiennes. De plus, comme l’accord de libre-échange protège surtout les intérêts économiques des entreprises, les paysans-nes ont peu de recours légaux. Enfin, ce traité ne facilite pas le processus de paix en Colombie mais aggrave plutôt les inégalités qui sont la cause du conflit. Toutefois, il faut garder à l’esprit que le gouvernement du Canada n’a pas les mains liées dans cette affaire, bien au contraire, et que cet accord, voté sous le gouvernement Harper, avait soulevé beaucoup d’opposition[xiv], [xv].   

Conclusion

Pour beaucoup de militants-es, la participation des mouvements sociaux dans le processus de paix est cruciale pour que celui-ci arrive à des résultats concrets bénéficiant au peuple colombien. En fait, l’accord refusé par la population constituait un règlement entre élites favorisant leurs propres intérêts et ceux des entreprises étrangères. Malheureusement, le deuxième semble être de la même facture. Toutefois, comme le Canada a signé un traité de libre-échange, il serait inexact de dire que les problèmes qui touchent la Colombie ne nous concernent pas. Le Colombia Working Group est une plateforme de syndicats canadiens, d’ONG et de mouvements sociaux qui s’occupe de la question des droits de la personne en Colombie et tente de mettre fin à l’impunité[xvi]. D’autres initiatives ont vu le jour au Canada pour permettre une participation populaire aux efforts de lutte contre l’injustice. Le Projet Accompagnement Solidarité Colombie, qui travaille en collaboration avec des organisations en Colombie comme le Congreso de los Pueblos, Redher et le Comité de solidarité avec les prisonniers et les prisonnières politiques, œuvre également dans ce sens[xvii]. Enfin, non seulement nous n’avons pas à n’être que spectateurs et spectatrices des événements qui constitueront l’histoire colombienne, mais il nous est aussi possible de nous solidariser avec tous les peuples, si ce n’est qu’en prenant conscience des rouages des injustices dans lesquelles nous avons une part de responsabilité.

[i] Ali, T. (2006). Pirates of the Caribbean: Axis of Hope. Verso.

[ii] Centro Nacional de Memoria Historica. (2013). ¡basta ya! Colombia: Memorias de guerra y dignidad. Bogotá: Imprimerie nationale.

[iii] Gomez-Suarez, A. (2015). Genocide, Geopolitics and Transnational Networks: Con-textualising the destruction of the Union Patriotica in Colombia. New York: Routledge.

[iv] Pearce, J. (1990). Inside the Labyrinth. London: Latin American Bureau.

[v] Editor bogota. (26 juin 2016). El ABC del paro camionero. Récupéré sur Colombia Informe : http://www.colombiainforma.info/el-abc-del-paro-camionero/

[vi] Amnistie internationale. (26 septembre 2016). Colombie. L’accord de paix historique doit garantir la justice et la fin des atteintes aux droits humains. Récupéré sur Amnesty international : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2016/09/colombia-historic-peace-d...

[vii] Bushnell, D. (1993). The Making of Modern Colombia : A Nation in Spite of Itself. Berkeley: University of California.

[viii] Simons, G. (2004). Colombia : A brutal history. London: Saqi.

[ix] Loingsigh, G. Ó. (30 août 2016). Las Farc, la Paz y sus Aliados. Récupéré sur Pueblos caminando: https://puebloscaminando.wordpress.com/2016/08/30/las-farc-la-paz-y-sus-...

[x] S.A. (12 novembre 2016). Los 10 cambios fundamentales que trae el nuevo acuerdo. Récupéré sur La Semana: http://www.semana.com/nacion/articulo/cambios-fundamentales-del-acuerdo-...

[xi] Petras, J. (6 novembre 2014). Peace Talks in Havana and Murder in Colombia: The Santos Regime’s Dual Strategy. Récupéré sur Global Research : http://www.globalresearch.ca/peace-talks-in-havana-and-murder-in-colombi...

[xii] Trujillo, D. (2016, juillet 2). Le modèle néoliberal en colombie: spoliation et accaparement des terres . Récupéré sur Investigaction: http://www.investigaction.net/le-modele-neoliberal-en-colombie-spoliatio...

[xiii] Colombia Informe. (15 décembre 2015). Senador Alberto Castilla: “El debate por la ley Zidres va en contravía del proceso de paz”. Récupéré sur Colombia Informe : http://www.colombiainforma.info/senador-alberto-castilla-el-debate-por-l...

[xiv] Bériault, J. (1 décembre 2008). POLEMIQUE AUTOUR DE L’ACCORD DE LIBRE-ECHANGE CANADA-COLOMBIE. Récupéré sur Radio-Canada international : http://www.rcinet.ca/francais/archives/chronique/tam-tam--le-bloc-notes-...

[xv] United Steelworkers. (2016). Five Years of Human Rights impacts : The Canada-Colombia Free Trade Agreement and the Future of Peace and Prosperity in Colombia. Toronto: USW. Récupéré sur http://www.usw.ca/news/publications/policy-research-and-submissions/stor...

[xvi] Colombia Working Group. (2015). Joint Colombia Working Group. Récupéré sur Canadian Coalition to End Global Poverty: http://www.ccic.ca/working_groups/apg_colombia_e.php

[xvii] Programme Accompagnement Solidarité Colombie. (30 mars 2009). Stoppons l’accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie. Récupéré sur Programme Accompagnement Solidarité Colombie : http://www.pasc.ca/es/node/2767

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Sans espaces.